ARE : Les membres du Conseil national de régulation fonctionnent illégalement

 ARE : Les membres du Conseil national de régulation fonctionnent illégalement
Partager

Les membres du Conseil National de Régulation (CNR) de l’Autorité de Régulation de l’Electricité (ARE) fonctionnent illégalement depuis le mois de septembre dernier.

Les mandats, du président du CNR Claude GBAGUIDI, et du vice-président Boco KANA-GABA, arrivés à expiration, ont été prorogés de 6 six mois à compter du 27 février 2019 à zéro heure par un décret du Président Patrice TALON. Les six mois ont pris fin, au mois d’août dernier. Il en est de même pour, Michel DOGNON, Zakari BABA BODI, Léandre HOUAGA, Perpétue KOSSOUOH, Abdel OUOROU BARE et Spéro MENSAH, les autres membres de l’institution. Ces personnalités avaient été nommées le 27 février 2015 pour une période de 4 ans.

Des cadres aux anges

Mensuellement, les huit membres du CNR coûtent environ 20 millions de FCFA au contribuable béninois. Selon un décret de l’ex-Président de la République, Boni YAYI, en date du 25 mars 2016, le président et le vice-président touchent respectivement des salaires mensuels d’un million huit cent mille (1 800 000) FCFA et d’un million trois cent mille (1 300 000) FCFA. Les autres membres sont exclus de ces traitements.

Des indemnités

300 et 250 mille FCFA. Ce sont les montants que gagnent respectivement le président et le vice-président de l’institution en guise d’indemnités de session. Les autres membres empochent, chacun, 200 mille FCFA. En dehors de ces avantages, il leur est accordé une allocation journalière de  30 mille par membre, pour des travaux en commission.

Pour le logement, le président reçoit 300 mille FCFA et, les autres, 250 mille FCFA par mois. Au sujet de l’électricité, le président est gratifié, mensuellement, de 2000 KWH alors que les autres se tapent, 1700 KWH, chacun. L’Etat prend en charge, de façon mensuelle, 80 mille FCFA pour la consommation d’eau du président et ses pairs reçoivent 75 mille. Les indemnités téléphoniques mensuelles s’élèvent à 300 mille FCFA pour le président et 250 mille pour le vice-président.

Une allocation mensuelle de domesticité équivalente à trois agents de maison, à raison de 50 mille FCFA par agent, est accordée au patron de la structure. Son adjoint jouit des mêmes privilèges, à la différence que le nombre de ses agents est réduit à deux. Les autres membres de la structure ont droit à un agent chacun avec le salaire mensuel de 50 mille FCFA.

Il leur est alloué une dotation mensuelle en carburant. 500 litres pour le président. 450 litres pour le vice-président et 400 litres pour les autres membres.

Exagération dans les primes

Mensuellement, il est accordé au président 200 mille FCFA au titre des primes de représentation et de responsabilité. Les autres membres reçoivent, chacun, 100 mille FCFA.

Pour leur soumission, tous les membres perçoivent, chacun, 250 mille FCFA de façon mensuelle. Quant aux primes de risque, elles s’élèvent mensuellement à 450 mille FCFA pour le président et 400 mille FCFA pour les autres.


Partager

Toussaint Délofon

Journaliste-Communicant, diplômé du Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information (CESTI).

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez vous à notre Newsletter pour recevoir instantamment
les nouveaux articles par mail