Bénin, des arbres et des abeilles au secours des singes à ventre roux

 Bénin, des arbres et des abeilles au secours des singes à ventre roux
Partager

Un projet en cours d’exécution vise à sauver la population de singes à ventre roux se trouvant au Parc Naturel Communautaire de la Vallée du Sitatunga (PNCVS). Il sera mis en œuvre par Crédi-Ong avec un financement d’environ 12 millions de Fcfa. Tout d’abord, les équipes de Crédi-ONG vont étudier les populations de singes à ventre roux. Un protocole de suivi spécifique sera conçu et mis en œuvre permettant d’évaluer la taille de la population en présence, réaliser la carte de répartition et l’actogramme des singes à ventre roux au sein du Parc. Les communautés riveraines de la zone seront accompagnées dans la création de 10 hectares de plantation de bois énergie mellifère. 10 représentants de ces communautés seront également formés et équipés pour l’installation de 5 unités apicoles.

Le singe à ventre roux (Cercopythecus erythrogaster erythrogaster) est un primate diurne endémique dont la population actuelle est comprise entre 800 et 1 000 individus à l’échelle du Bénin. Cette espèce est classée en Danger sur la liste rouge de l’IUCN.

Le Parc naturel communautaire de la Vallée du Sitatunga (PNCVS) est situé en Afrique de l’Ouest, plus précisément au Sud-Bénin. Cette vallée compte plus de 250 hectares de reliques de forêts naturelles, en voie d’être enregistrées dans la base mondiale des Aires du Patrimoine Autochtone et communautaires. Le braconnage étant en nette régression grâce aux efforts conjoints de l’administration forestière et de la confrérie des chasseurs, les principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur les singes sont la réduction des superficies boisées et la fragmentation des habitats. En effet, dans la région, 98% des ménages utilisent le bois ou le charbon comme combustible pour cuisiner. Le défi est donc désormais d’orienter les efforts vers la conservation / restauration des habitats et des zones de connectivité en proposant des alternatives à l’exploitation forestière génératrices de revenus pour les communautés. Parmi ces alternatives figurent les plantations de bois énergie et l’apiculture durable.


Partager

Toussaint Délofon

Journaliste-Communicant, diplômé du Centre d'Etudes des Sciences et Techniques de l'Information (CESTI).

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez vous à notre Newsletter pour recevoir instantamment
les nouveaux articles par mail